Content, et même un peu fier !

      Je suis content, en tant que  » passeur «  entre mes parents et grands-parents vers mes enfants et petits enfants, d’avoir mis à disposition, sur mon web domestique , l’ensemble de nos souvenirs multimedias , en accès réservé, hors des griffes de Google.
je suis assez fier de montrer qu’un  » honnete homme » puisse rester fidèle aux principes initiaux de l’internet.

Avec un investissement très modeste, d’environ 70 €, une consommation electrique très modeste aussi, d’environ 5 Watts, je mets à disposition, depuis chez moi et en accès réservé, 13000 photos, 1000 clips vidéo, et une base généalogique de 1500 personnes (1)

J’ai pu réaliser ceci à l’aide de logiciels libres et gratuits, disponibles pour tout un chacun: systeme d’exploitation ( linux ), serveur web ( apache ) et base de données ( mysql ). Logiciels et données sont inscrits dans une carte micro SDHC ( moins de 1 cm² , 20 € ), et fonctionnent sur un ordinateur ( raspberry ) , de 8×5 cm, coutant 35€.
Cet equipement, chez moi, associé à ma connexion internet en fibre optique, est accessible en permanence depuis partout (aux seules personnes  » autorisées « bien sur )

J’ai eu la chance, fin des années 1990, en tant que  » veilleur  » dans mon entreprise de telecom, de voir venir et d’étudier 4 nouveautés: l’internet , la microinformatique, l’ADSL, et les logiciels « libres «  (2) (3)
J’ai partagé alors l’espoir de voir tout un chacun s’approprier ces technologies, et devenir un individu ayant accès, à des couts modestes, à la connaissance ( le web ), à la communication « augmentée « , l’email et ses pièces jointes ( des photos par ex ), un individu  » responsable « , manipulant chez lui ses données personnelles avec son nouvel outil : ordinateur, logiciels , et l’internet.

J’avais pensé, à tort, qu’allait se terminer le règne des  » réseaux dits intelligents  » , de ces systemes telecom/informatique gérés par des entreprises , qui utilisent paresse, ignorance , peur des gens pour  » stocker et faire  » à leur place.
L’évolution a été autre. L’efficacité de l’internet et de la microinformatique a été capté et a permis à des entreprises de mettre en place  » le troc «  : pour tout un chacun: gratuité des services en échange des données personnelles, monnayéees par ailleurs. Ou bien  » le cloud  » pour les entreprises et leurs employés: je fais tout, bien, à votre place, et vous ne vous occupez de rien, pour pas cher.
La mondialisation ambiante, financière puis généralisée, a alors permis à quelques sociétés de capter ces outils magnifiques à leur seul profit, et de rendre les personnes, les entreprises, et meme les etats, «  dépendants et drogués » . C’est la triste histoire des GAFAM.

Je me dois de remercier quelques groupes de personnes qui  » luttent  » , à armes inégales, et m’ont guidé pour mes aprentissages et cette réalisation. Je citerai en exemple https://framasoft.org/fr/ (logiciels libres) et https://raspbian-france.fr/ (ordinateur)
A titre d’information, je n’utilise aucun  » réseau social « , ni aucun service  » cloud « . J’utilise pour naviguer,echanger et rechercher sur l’internet: Firefox, Thunderbird, et le moteur de recherche Qwant. Mes messages sont stockés chez moi, sur mon ordinateur, et pas ailleurs ( j’ai choisi POP et non IMAP )
——————————————————-
(1) environ 13 000 photos familiales, de 1900 à maintenant,récupérés sur des tirages papier ou des diapositives, puis en digital. Soit aussi 1000 clips vidéos récupérés sur des bobines de films argentiques 8mm ou super8, puis en digital. J’ajoute aussi une base généalogique familiale, d’environ 1500 personnes, recensant nos origines lointaines, ainsi que les cousinages actuels.

(2) A cette époque, le Directeur Général de France Telecom déclarait encore que l’internet, cela ne pouvait pas marcher. C’était encore l’époque du minitel triomphant, facturé à la durée de manière excessive. A cette époque le raccordement téléphonique avec une paire de fils en cuivre permetait tout au plus d’acheminer une conversation vocale.

(3) A cette époque les microordinateurs, PC ou MAC, deviennent accessibles à tous, tant par leur prix que par leur usage, tant en entreprises que chez soi.A cette époque aussi, des informaticiens estiment que  » l’outil informatique « , en tant que langage universel, doit être libre et non la propriété de grandes companies.( logiciels libres et non propriétaires ). A cette époque encore, des algorithmes étudiés par des mathematiciens  » fous « , une centaine d’années auparavant, peuvent etre utilises grace aux microcircuits, et permettent de transmettre 100 fois plus d’information sur les raccordements telephoniques des gens ( c’est l’ADSL  »

————————————————————————————————————

Ce contenu a été publié dans informatique et internet, société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.